Espace d'art contemporain
Les Thermes.
Bourbonne-les-Bains
 
Départ-Arrrivée
13.04 - 19.05.2019
 

       

      

 
Le point de départ de l'intervention a été l’installation/performance de CHFD intitulée Le dîner & les invitations : Une table ovale sur laquelle
le couvert est mis pour 4 personnes.
Coquille d’huîtres ronds de serviettes,verres , et bouteille de vodka interrogent, laissent supposer qu’un événement, une réception a eu lieu.
Les convives ont disparu ou se sont absentés comme en témoigne le chapeau et le parapluie suspendu à la cheminée ainsi que le manteau posé
sur le dossier d’une des chaises. Le caractère privé, intimiste de la salle qui accueille la mise en scéne permet de cibler les interventions de façon précise.
Style de l’immeuble atmosphère de la salle sont autant d’éléments qui contribuent à alimenter un scénario plausible.
La forme circulaire du sujet de la grande photographie (RDN# vinyl) répond à la forme ovale de la table. Un tableau dans un espace privé donne certaines indications sur la personnalité du propriétaire des lieux.
La simplicité et l’austérité du disque noir, tout en s’apparentant à la forme ovale de la table s’accorde avec les autres éléments qui constituent la pièce de CHFD : chapeau, parapluie et manteau. Face à ces éléments, légèrement en retrait dans une armoire, un moniteur diffuse une vidéo qui montre un disque lumineux, tenu entre pouce et index, qui oscille, se déplace légèrement sur un fonds sonore répétitif. Quelques notes de guitare tournent en boucle tout comme la séquence …
La répétition, courte, hypnotique, renforce la notion d’intemporalité. Un miroir grossissant cherche le reflet de la lampe circulaire qui se trouve à proximité. L’effet grossissant distord à certains moments l’image reflétée, pour conférer à l'objet l’apparence d’un disque lumineux. L’éclat de lumière revêt alors une dimension mystérieuse, mystique ou spirituelle. Il intervient en réponse au disque noir.Dans le contexte d’une narration potentielle, il intervient comme l’esprit. Comme le "shining"de la pièce, ce qui influe forcément su la pièce centrale de CHFD.
La mise en situation du moniteur placé dans l’armoire dont la porte est entre ouverte évite d’une part que l’appareil en tant qu’objet produit de la technologie contemporaine, n’interfère dans la mise en scène, et d’autre part que sa manifestation soit subtile mais bien présente ( son et lumière).
 Le 3ème élément est un tirage à la gomme bichromatée réalisé en utilisant le principe de la caméra obscura. Il s’agit d’une exposition directe à travers
un verre grossissant, d’une émission lumineuse sur un support récepteur qui enregistre ou capte cette situation.
En l’occurrence de la fenêtre de l’atelier projetée ou reproduite sur un support qui est la toile émulsionnée au préalable. L’intérêt réside dans le décalage
entre l’instant présent qui émet le flux lumineux ( lumière du jour) et la notion d’intemporalité fixée sur la toile. La durée d’exposition dans ce cas précis est d’une journée complète et chaque fois que l’opération est répétée, ce sont une ou plusieurs journées qui s’ajoutent, se concentre sur la toile. Le récepteur se charge d’informations et les conserve. Il devient mémoire.
 
Errance, 2019
cycle de 2'24''
projection vidéo sur la tapisserie de la cage d'escalier 120 x 70 cm

 

 

^ haut